The Purge : une version télévisée plus étoffée qu’American Nightmare

À l’instar d’American Horror Story : Apocalypse, la rentrée sérielle apporte son lot de séries horrifiques effrayantes. Première à ouvrir les festivités, The Purge, show sequel de la saga American Nightmare devrait ravir les fans des films de James DeMonaco.

© Blumhouse

Annoncée en grande pompe il y a presque un an, l’adaptation de la franchise American Nightmare (The Purge, en VO) sur le petit écran arrive enfin sur nos ondes. Comme sa grande sœur, la série est produite par la société prolifique et lucrative Blumhouse, à qui l’on doit notamment Insidious, Paranormal Activity et Sinister.

Composée de 10 épisodes, la première saison de The Purge se situe entre le deuxième et le troisième volet de la saga cinématographique, étant donné que l’un des protagonistes a vécu la toute première session expérimentale de Purge. Dans une petite ville des États-Unis, la Purge annuelle est sur le point de commencer et les puristes retrouveront avec plaisir le compte à rebours lancé avant l’alarme meurtrière sur un fond de musique classique qui tranche avec la violence attendue.

Rappelons qu’American Nightmare nous plonge dans une dystopie où le gouvernement autorise pendant 12 heures chaque année les citoyens à commettre des crimes (du vol au meurtre) pour purger ses péchés et ainsi réduire les autres jours de l’année le taux de criminalité et de chômage en ayant baissé le taux de population. Vous retrouverez tous les ingrédients de la franchise qui ont fait son succès : les déguisements d’animaux et autres masques de poupées, les armes originales, le traitement des thématiques politico-sociétales américaines en fond, des tueries sanglantes et des moments de tension pesants. Bref, rien de nouveau sous les tropiques.

original.gif

Ce qu’il y a derrière la Purge

Après avoir vu les trois premiers épisodes, il apparaît qu’un problème pourrait survenir par la suite si le rythme ne s’accélère pas. La force des films venait surtout de la cadence rapide et de la succession de meurtres pour les spectateurs, avides d’horreur et de gore. Si vous ne cherchiez que des tueries et une overdose de litres d’hémoglobine à la minute, passez votre chemin.

La série The Purge cherche à approfondir un peu plus sa mythologie. Cela se ressent autant dans la réalisation, plus travaillée, que dans le scénario. Les trois intrigues des personnages – qui se recouperont forcément à un moment de la saison – explorent des voies intéressantes et prometteuses : Miguel (Gabriel Chavarria), ancien marine qui cherche sa sœur Penelope (Jessica Garza), tombée sous le joug d’une secte suicidaire et fanatique de la Purge ; Jane (Amanda Warren), une workaholic qui a payé une purgeuse pour tuer son harceleur de patron Don Ryker (William Baldwin) et le couple Rick (Colin Woodell) et Jenna (Hannah Emily Anderson) qui cherche des investissements financiers pour leurs projets auprès du diable lors d’une soirée : les nantis qui soutiennent les Nouveaux Pères Fondateurs.

0482646.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg
© Patti Perret / USA Network

Il se trouve que le show se révèle un poil plus intéressant que les films grâce à son format sériel : les scénaristes peuvent explorer le passé des protagonistes au moyen de flash-back qui permettent de surcroît d’en apprendre davantage sur les Nouveaux Pères Fondateurs d’Amérique et la Purge. En suivant plusieurs groupes de personnages, il est déjà plus facile de s’attacher (s’intéresser ?) à eux, malgré certains jeux d’acteurs médiocres, et donc de pleurer les morts mais aussi de se soucier de leur psychologie et de l’impact de la Purge sur leur vie quotidienne.

La série pourra donc plaire aux fans de la franchise comme aux amateurs de séries horrifiques. Surtout que The Purge devrait, comme les nombreuses créations de Ryan Murphy, être une anthologie dont les intrigues de chaque saison seront connectées entre elles. De quoi toujours plus prolonger le cauchemar américain sur les écrans, à l’image de la réalité. Reste à savoir si la saison inaugurale aura le succès escompté.

The Purge est diffusée sur USA Network et Syfy aux États-Unis et en US+24 en VO sur Amazon Prime Video en France. Les versions VOST et VF devraient être disponibles peu après.

Publicités

L’Étrange Festival revient faire son cinéma dans la capitale

Avis aux amoureux du cinéma de genre, l’Étrange Festival est de retour pour sa vingt-quatrième édition à Paris. Au programme : du loufoque, du gore et du psychédélique.

© Concorde Filmverleih GmbH, 2018

Du 5 au 16 septembre 2018, rendez-vous au Forum des images de Paris pour découvrir la programmation éclectique de l’Étrange Festival. Cette année, 130 séances sont prévues, entre avant-premières internationales et premières françaises, dont certaines présentées par des invités prestigieux (Gaspar Noé et Jackie Berroyer, entre autres).

Les festivaliers pourront aussi découvrir Adilkhan Yerzhanov, réalisateur kazakh fondateur du Cinéma Partisan, et Shahram Mokri, cinéaste iranien, à qui sont consacrés des focus afin d’en apprendre plus sur leurs œuvres et leurs parcours cinématographique. Pour les passionnés du cinéma japonais, (re)découvrez des œuvres cultes des années 70 et 80, ère du jishu eiga durant laquelle les cinéastes utilisaient le format 8mm pour produire des longs-métrages excentriques et provocateurs où la liberté était maîtresse.

Enfin, trois séances spéciales sont prévues : Moi, Christiane F 13 ans, droguée, prostituée d’Udi Edel, présenté par Gaspar Noé, El Otro Cristobal d’Armand Gatti présenté par Jean-Jacques Hocquard et enfin Fender L’Indien de Robert Cordier en sa présence.

Parmi toutes les œuvres originales présentées, vingt-et-un longs-métrages internationaux sont en compétition pour le Grand Prix Nouveau Genre remis par l’Étrange Festival et Canal+ Cinéma. Le vainqueur sera acheté par la chaîne qui le diffusera sur son antenne. Vous aussi pourrez élire votre coup de cœur et le film ayant reçu le plus de suffrages obtiendra le Prix du Public et une campagne publicitaire sur Canal+ Cinéma.

Les courts-métrages seront aussi à l’honneur puisqu’ils sont plus d’une cinquantaine à concourir dans 7 programmes spéciaux pour le Grand Prix Canal+ et le Prix du Public.

24e Étrange Festival, du 5 au 16 septembre 2018 au Forum des images à Paris

Billets en vente sur www.forumdesimages.fr